« L’ouragan Katrina vient de faire 9 morts aux Etat-Unis… » ; « 130 000 somaliens déplacés à cause des sécheresses sans cesse intenses en Afrique de l’Est »; « Fukushima endeuillé par un séïsme dévastateur […]. Aux infos, nous commençons de plus en plus à nous habituer à voir tristement les bilans de morts et de déplacés dus aux catastrophes climatiques. Le climat en veut apparemment à l’espèce humaine et il est définitivement décidé à lui faire voir de toutes les ardeurs. Vagues de chaleur extrêmes, inondations croissantes, sécheresses plus intenses, tempêtes et ouragans impitoyables… Oui, aux dernières nouvelles, le climat ne se porte pas vraiment bien.

Le climat a perdu la tête

C’est en tout cas, ce que laisse à croire le rapport de l’ONU intitulé « Le coût humain des catastrophes liées au climat » publié en 2015. Elaboré conjointement avec le Bureau onusien pour la Réduction des Catastrophes (UNISDR) et le Centre de Recherche sur l’ Epidémiologie des Désastres (CRED), ce rapport dresse une évaluation sur 20 ans (1995-2015) du coût humain des catastrophes en rapport avec le climat. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Sur la période de 1995-2015, il a été enregistré près de 6457 catastrophes liées au climat. Elles ont fait plus de 600 000 morts et affecté près de 4,1 milliards de personnes, soit plus de 205 millions de personnes chaque année. Les catastrophes climatiques pointées du doigt sont entre autres : les inondations, les tempêtes (ouragans et cyclones), les sécheresses, les glissements de terrain, les feux sauvages de végétation, les températures extrêmes (vagues de chaleurs, périodes de froid extrême).

L’Asie : le continent qui paye le prix fort des catastrophes climatiques.

Du fait de la grande densité de populations, du nombre élevé de bassins fluviaux et de plaines d’inondations, le continent asiatique est plus affecté que tout autre continent aussi bien en termes de fréquence des évènements qu’en termes de nombre de personnes affectées.

Au total, en 20 ans, elle aura connu plus de 2495 catastrophes. Celles-ci ont touché  3,7 milliards de personnes et ont coûté la vie à environ 332 000 individus. Dans le top 10 des pays les plus concernés, figure la Chine et l’Inde avec plus de 3 milliards de personnes affectées en 20 ans soit plus de 75% du total global. Le Brésil est le seul pays des Amériques apparaissant dans cette liste. Deux pays africains font aussi partie de ce top 10. Il s’agit du Kenya et l’ Ethiopie.

Afrique : Terre du soleil, terre des sécheresses

Le continent africain est d’après le rapport, le plus affecté par la sécheresse avec près de 136 sécheresses recensés entre 1995 et 2015 dont 77 ayant touchés uniquement l’Afrique de l’est. Ces sécheresses sont associées à de vastes pénuries agricoles, la perte de réserves agricoles, les pénuries d’eau et l’apparition d’épidémies de maladies. Retenons enfin qu’au plan mondial, ce sont les tempêtes qui sont les évènements climatiques les plus meurtriers  avec près de 242 000 personnes tués. En revanche, ce sont les inondations qui ont affectés le plus de personnes à travers le monde soit 2.3 milliards de personnes. Les sécheresses quant à elles, ont affecté près de 1.1 milliards de personnes à travers le monde.