Routes et bâtiments publics illuminées, zones commerciales éclairées : la lumière artificielle n’a jamais été aussi présente dans notre quotidien. Elle permet d’améliorer notre perception et de nous permet de nous orienter. Cependant, toute cette quantité de lumière artificielle n’est pas sans conséquences. Elle est à l’origine de la pollution lumineuse.

Qu’est-ce que la pollution lumineuse ?

La pollution lumineuse se définit par l’impact de la lumière artificielle sur l’environnement. Ses causes sont nombreuses : sur-éclairage des routes, mauvais éclairage, durée trop longue d’éclairage, lampadaires inutiles qui éclairent plus le ciel que le sol, etc. En biologie, on utilise le terme photopollution pour décrire l’impact nocif de la lumière nocturne sur la faune et la flore.

Quels sont les effets de la pollution lumineuse ?

L’ éclairage artificiel nocturne est partout : l’obscurité n’existe plus, et, notamment dans les villes et les zones urbanisées. La lumière est devenue une véritable nuisance, ce qui a des conséquences sur la biodiversité et aussi sur l’homme.
On peut en effet noter la désorientation de plusieurs espèces d’oiseaux qui migrent ou chassent durant la nuit. Les oiseaux ainsi affectés sont susceptibles de percuter des structures élevées comme les poteaux électriques.
Les reptiles sont aussi fortement affectés par la pollution lumineuse. Dans les zones de nidification des tortues de mer, la présence d’éclairage met en péril la survie de l’espèce. Les lumières de la côte nuisent à leur capacité à trouver un endroit sûr pour pondre leurs œufs et désoriente les nouveaux nés qui se dirigent vers l’intérieur des terres, plutôt que de rejoindre la mer.
Les insectes, quant à eux, réagissent fortement à l’éclairage. Selon les espèces, ils sont attirés ou repoussés par la lumière.
Sur l’homme, on note que :

  • l’éclairage éblouissant dérange fortement les malvoyants et les personnes âgées ;
  • le sur-éclairage produit des zones d’ombres « noires » trop contrastées pour l’œil ;
  • la lumière intrusive pénètre dans les habitations et détériore la qualité du sommeil, diminue la production de mélatonine, hormone produite dans le noir et diminue donc nos défenses immunitaires.

Comment réduire la pollution lumineuse?

Différentes mesures peuvent être prises pour limiter l’impact des éclairages artificiels sur la biodiversité. Il s’agit de :

  • Dispositifs lumineux étudiés pour les éclairages municipaux : pas d’éclairage vers le haut, suppression du rouge du spectre émis par les lampes ;
  • Suppression des éclairages inutiles : immeubles de bureaux inhabités la nuit, chantiers d’entreprise, zones industrielles, carrefours et ronds-points en zone rurale, etc.