Les énergies renouvelables sont plus que jamais d’actualité dans un monde en pleine crise climatique où les énergies fossiles sont désavouées par leurs impacts sur l’environnement et par ricochet sur notre environnement. Un avenir plus « propre » nous serait offert par les énergies renouvelables. Mais les énergies renouvelables peuvent-elles vraiment nous sauver ?

Une réalité indiscutable

Le constat est sans appel: les sources d’énergies fossiles ne pourront plus suffire à long terme à compenser nos besoins et ils ont la source de nos problèmes environnementaux, dont le changement climatique. De ce fait, se tourner vers les énergies renouvelables loin d’être un luxe est une vraie nécessité.

Les énergies renouvelables : Dernière chance pour éviter les chocs climatiques ?

Les énergies renouvelables recouvrent toute forme d’énergie qui est d’origine naturelle mais sans être limitée par les ressources naturelles de la planète. De l’énergie géothermique (énergie provenant de la chaleur naturelle de la Terre contenue dans des roches chaudes, des eaux chaudes, des eaux de mers ou de la vapeur chaudes), au photovoltaïque en passant par l’éolien sans oublier la biomasse, les énergies renouvelables n’émettent de quantités significatives de gaz à effet de serre. Ce qui en soi, est déjà une solution au réchauffement global, par les émissions de gaz à effet de serre.

Ces sources d’énergie renouvelable sont de plus en plus utilisées du fait de l’augmentation des investissements, de la baisse des coûts, de la hausse des prix des combustibles fossiles et du sur les menaces dues au changement climatique.

L’électricité solaire est d’ailleurs, en plein essor en Afrique. Fin 2013, le plus grand parc solaire du continent était une centrale de 15 mégawatts située en Mauritanie mais il est prévu de construire une infrastructure de 155 mégawatts au Ghana et deux parcs de 50 mégawatts en Afrique du Sud.

Le renouvelables, oui mais reste à prouver

Adoption des énergies renouvelables imposent que nous passions notre système énergétique actuel  basé sur le gaz naturel, le charbon minerai, le pétrole, en un mot tout ce qui nous a mener jusque l’a vers le gouffre climatique actuel , vers un système composé essentiellement d’énergies renouvelables.

Cela voudra donc dire, qu’il faudrait réinventer ou du moins revoir nos modes d’alimentation en énergies. Remplacer le pétrole, le gaz naturel, le charbon minerai dans le transport, l’éclairage, le chauffage, les industries par les énergies renouvelables serait en un mot appeler notre notre système économique à se réinventer. Est-ce que c’est possible ?

Par ailleurs, les énergies renouvelables présentes plusieurs limites et/ou faiblesses qui pourrait laisser croire qu’elles ne pourront pas remplacer nos sources traditionnelles ou du moins pas sur le court terme.

En effet, quelle que soit la forme d’énergie dont on parle, éolienne, solaire, biomasse ou hydroélectrique, la première faiblesse des énergies propres consiste en un faible rendement énergétique. Autrement dit, pour produire une puissance équivalente au nucléaire ou aux hydrocarbures, les énergies renouvelables consomment beaucoup plus d’espace.

Second bémol, l’irrégularité des énergies nouvelles qui ne produisent pas de manière continue mais par intermittence. Au total, on estime qu’un réseau d’éoliennes ou solaire ne fournit que le cinquième de sa puissance installée théorique.
Alors qu’une centrale nucléaire est disponible à 85 % soit 312 jours par an, le solaire fonctionne 12 % du temps soit 44 jours, l’éolien fonctionne l’équivalent de 25%soit 92 jours, l’hydroélectricité est disponible 38 % du temps (139 jours) et la biomasse fonctionne l’équivalent de 75 % soit 275 jours.

Enfin, les énergies renouvelables, détiennent une part relativement faible dans la consommation énergétique mondiale. On estime que – au total – les biocarburants ne remplaceront les produits pétroliers qu’à hauteur de 7 % maximum.La géothermie fournit 0,4 % de l’énergie mondiale et que par ailleurs, la biomasse (le bois de chauffage surtout) représente 10,6 % et l’hydroélectricité 2,2 % seulement.

Les énergies renouvelables seules ne peuvent pas nous sauver. Elles ne sont pas la panacée à nos problèmes environnementaux. Mais, il faudrait accompagner un développement des énergies renouvelables par une véritable volonté politique. Ce qui n’est pas gagné d’avance.

Sources consultées

http://www.consoglobe.com/energies-renouvelables-cul-sac-2304-cg

UNESCO .2014.Le changement climatique en Afrique Guide à l’intention des journalistes Paris, France. ISBN 978-92-3-002234-1.103 p.