La NASA, l’agence spatiale américaine, a procédé le 31 janvier 2015 au lancement du satellite SMAP (Soil Moisture Active Passive) dont l’objectif est de mesurer l’humidité du sol.

Le satellite SMAP installé en orbite à plus de 685 km d’altitude dispose d’un radiomètre et d’un radar.  Ces outils lui permettront de surveiller l’humidité du sol de la surface terrestre jusqu’à cinq centimètres de profondeur. Le satellite doit fournir une résolution d’environ 9 kilomètres et couvrir le globe tous les deux ou trois jours.

Cet outil peut être d’une véritable utilité dans un contexte où les effets du changement climatique comme les sécheresses de plus en plus fortes et imprévisibles se font de plus en plus sentir sur la planète. SMAP peut permettre aux agriculteurs d’anticiper et de s’adapter aux sécheresses.

« Le satellite SMAP peut aider à déterminer la sévérité de la sécheresse, et avec ses données les agriculteurs pourront prévoir comment s’en remettre. » a affirmé, Narendra Das, spécialiste du cycle de l’eau et du carbone et membre de l’équipe scientifique de la mission SMAP au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena (Californie).

 « Les producteurs de cultures pluviales qui connaissent l’humidité des sols peuvent choisir le moment de planter leurs semences en conséquence pour maximiser les rendements », a ajouté N.Das