Avec 12000000 d’habitants et 9000 tonnes de déchets solides produites par jour, Lagos est une ville qui fait face à une grande insalubrité. Si l’entreprise Wecyclers ne compte pas régler à elle seule ce problème, « elle défend des valeurs qui contribueront à la résurgence d’une ville de Lagos plus propre » d’après sa fondatrice Bilikiss Adebiyi. Son objectif : faire des déchets une source de revenus pour les ménages et leur permettre d’améliorer leurs conditions de vie.

L’idée

Wecyclers est parti d’un constat simple. Les déchets ménagers sont un véritable casse-tête pour les populations locales qui faute de méthodes de gestion appropriées s’en débarrassent dans la nature. Il en résulte plusieurs conséquences sanitaires qui les affectent financièrement. Or, parmi ces déchets, la plupart sont recyclables et peuvent être séparés au niveau de ces ménages et leur rapporter des bénéfices leur permettant de mieux vivre. D’où l’idée de mettre en place un système de recyclage de déchets tels que les sachets plastiques, les canettes d’aluminium et les bouteilles plastiques basé sur la collecte volontaire des ménages.

Petit à petit, le déchet fait du vélo

Munis de tricycles équipés à l’arrière d’une remorque, les collecteurs font du porte à porte auprès des ménages ayant fait appel à l’entreprise pour se débarrasser de leurs déchets. Ces déchets sont ramassés, pesés et enregistrés dans l’un des points de collecte centraux de Wecyclers. Une fois ramenés au lieu de stockage, ces déchets sont triés sont vendus aux entreprises industrielles de recyclage et de transformation. En échange, un SMS est envoyé à chaque ménage leur notifiant le nombre de points qu’il a gagné. Ces points sont fonction de la quantité et de la qualité des déchets collectés. Dans l’application, ces points peuvent être échangés chaque trimestre contre des prix : des articles ménagers, des produits alimentaires ou de l’argent.

Le bon côté de l’initiative

Le recyclage des déchets est non polluant et moins cher, car se faisant grâce à des tricycles qui ne nécessitent pas beaucoup de moyens pour leur conception et leur maintenance. Le savoir local est valorisé. Ces tricycles sont fabriqués localement et le logiciel de messagerie utilisé est développé par une compagnie nigériane. Par ailleurs, cela représente un intérêt  pour les entreprises transformatrices, qui se ravitaillent directement chez l’entreprise. La chaîne de recyclage est donc raccourcie.

Avec une population de 12 millions d’habitants et où la quantité de déchets produite par jour est d’environ 9000 tonnes, le concept de l’entreprise a rapidement trouvé sa place. En à peine 3 ans d’existence, l’entreprise a convaincu l’ Autorité de Gestion des déchets de Lagos (AGDL) qui soutient l’initiative. Elle a déjà 3400 ménages qui lui font appel, a créée 50 emplois et a déjà collecté 525 tonnes de déchets.

L’ entreprise Wecyclers pense que le secteur du recyclage au Nigeria pourrait créer 500 000 emplois s’il était pleinement développé.

Interrogée par Club Africa, Bilikiss Adebiyi-Abiola, qui était en voyage aux États-Unis pour lever des fonds affirme que « Wecyclers ne développe pas uniquement une entreprise mais est en train de bâtir un secteur tout entier ».

« Nous avons besoin de 2 millions de dollars pour investir dans des machines qui nous permettront de créer de la valeur, d’attirer des personnes talentueuses et motivées par le changement et renforcer petit à petit nos capacités afin de mettre fin une fois pour toute au problème des déchets à Lagos ! » ajoute-t-elle.